24 mai 2009

C'est pas parce qu'il n'y a pas de Démerdeur Suprème qu'on est obligé de rester dans la merde.

Thème du jour : écrivons sur "rien".

On prend une grande inspiration et on se concentre bien. On ne fait pas n'importe quoi là : on touche au domaine de la recherche d'une Littérature impossible. Ce qui fait de nous non seulement des modernes, mais aussi surement des fous. Mais la part de folie n'est jamais chose négligeable dans la personnalité des gens de grand talent. Alors on bombe le torse et on se prend pour Flaubert.

Au diable le contenu, c'est le style qui prime et fait vivre l'œuvre. Bon ici je ne sais pas si on peut parler à juste titre de style, et pour ce qui est d'œuvre, n'en parlons pas... Mais la méthode reste la même. On n'est pas là pour écrire au fil de la plume  du clavier, canalblog ne nous paye pas à la ligne. Il ne nous paye pas du tout d'ailleurs. On devrait peut-être se révolter ? Lui dire que, quand même, avoir l'honneur, la joie, le prestige d'héberger nos palabres a un coût. Tout a un coût. Et là, que feraient-ils face à cette requête on ne peut plus légitime ? On dénombre plusieurs possibilités.

  1. Accepter de nous délivrer une rémunération, en fonction de la qualité, de la quantité peut-être parfois de nos écrits, de nos photos. De notre art finalement.
  2. Adopter un comportement  smithien, ne rien faire. Sans même répondre à tous les coups ! Les coups de main invisible... C'est fourbe, c'est fourbe !
  3. Faire de nous des gens paisibles, au sens étymologique. C'est une noble manière de dire "nous envoyer paître". Ce qu'on vulgarise habituellement en "nous envoyer chier". Ils sont peut-être encore en pleine phase sadique anal, auquel cas tout s'explique.
On se plairait à croire que le 1., de par sa grande légitimité, serait choisie. Mais je dis fi ! et annonce clairement que 2. et/ou 3. seraient sans doute les réponses apportées par canalblog. Je n'y mettrais pas ma main au feu, mais je pense même qu'une telle requête pourrait mener à la censure pure (et parfaite ?) et dure de nos écrits ! La liberté de la presse ? Vague souvenir, folie utopiste !

Amis bloggeurs, je crois qu'il est grand temps pour nous de nous serrer les coudes (par HTML, oui) et de taper un grand coup (ou un grand con, c'est au choix). Les élections européennes arrivent (dimanche 7 juin, ndlr). L'occasion est trop belle. Qu'une liste anti-non-paiement-des-rédacteurs-de-blog se constitue ! Je sais ce que vous allez me dire : quel rapport avec l'Europe ? Bon ok, aucun. Mais bon.



Et voilà... Comme quoi, c'est pas si facile (d'être une femme libérée) d'écrire sur rien. Ca excuserait presque Flaubert d'avoir écrit des livres chiants.
Dans cet article : des références diverses aux cours de cette semaine (correction du concours blanc sur la modernité, "stades" de Freud, éco (vite fait)) ainsi que l'annonce des élections, d'une importance peut-être moindre (encore que...) mais immense tout de même : 1er bulletin dans l'urne pour moi !



Commentaires sur C'est pas parce qu'il n'y a pas de Démerdeur Suprème qu'on est obligé de rester dans la merde.

Nouveau commentaire